La faune selon Axelle

Réseaux sociaux

Faune - Afficher les éléments par tag : Préhistoire
dimanche, 11 juin 2017 08:38

Plésiosaure (Plesiosaurus)

Le Plésiosaure est un vertébré diapside aquatique qui a vécu au Mésozoïque, depuis le tout début de la période jurassique et jusqu’à l’extinction de masse de la fin du Crétacé.

Le Plésiosaure longtemps été considéré comme un reptile marin jusqu’à ce que les scientifiques réforme la cladistique et montre que les « reptiles » sont un groupe artificiel car paraphylétique. Ce n’est pas un dinosaure marin, il n’a jamais été considéré comme tel, les dinosaures sont tous des vertébrés terrestres.

Donc si le nom créé au début du XIXème siècle vient du grec plesios « proche de » et sauros, « lézard », cet animal est un diapside.

Le nom de « plésiosaure » est parfois appliqué aussi bien aux vrais Plésiosaures de la super-famille des plésiosauroïdés (Plesiosauroidea) qu’au clade supérieur des plésiosauriens (ordre des Plesiosauria), qui comprend à la fois les formes aux longs cous (Plésiosaures) et à cous courts (Pliosaures).

La chercheuse de fossiles Mary Anning (1799 – 1847) a découvert le premier fossile de Plésiosaure (Plesiosaurus dolichodeirus) dans le Lias inférieur (Sinémurien) à Lyme Regis, dans le Dorset au Royaume-Uni, au début du XIXème siècle.

Cuvier en son temps décrivait l’animal dans son livre Recherches sur les ossements fossiles comme ayant « des pattes de cétacé, une tête de lézard et un long cou semblable au corps d’un serpent ».

Des fossiles de Plésiosaures ont été découverts avec des fossiles de rostres de bélemnites (Belemnoidea, proches des seiches actuelles) et d’ammonites à l’emplacement de leurs estomacs. Leurs mâchoires étaient suffisamment puissantes pour casser la coquille des ammonites ou des nautiles. Les poissons osseux, comme les Osteichthyes, étaient aussi des proies. Des gastrolithes sont fréquemment trouvés associés à des fossiles de Plésiosaures.

Les Plésiosaures possédaient quatre palettes natatoires, une caractéristique rare, sinon unique chez les animaux marins. Ils devaient être plus adaptés à la manœuvrabilité qu’à la vitesse, leur long cou permettant d’attraper de loin leur proie, voire de s’en servir comme d’un harpon (une hypothèse).

Il devait avoir un métabolisme à sang chaud, semblable à celui des mammifères. Il devait pouvoir générer de la chaleur, par processus endothermique, pour survivre dans des eaux froides.

On compte quelques dizaines d’espèces de Plésiosaures réparties en plusieurs familles.

On peut évoquer les Plesiosauridae, types non spécialisés qui sont limités à la période jurassique, les Cryptoclididae, (par exemple cryptoclidus), avec un cou moyen à long et un peu trapu, les Elasmosauridae, avec de très longs cous rigides et des têtes minuscules, et les Cimoliasauridae, un groupe mal connu de petites individus du Crétacé.

Selon les classifications traditionnelles, tous les Plesiosauridae ont une petite tête et un long cou, mais, dans les classifications récentes, un groupe du Crétacé à cou court et à grosse tête, les Polycotylidae, est inclu dans les Plesiosauridae, plutôt que dans les Pliosauroidea.

La découverte en 2011 au Kansas (USA) d’un fossile d’une femelle Plésiosaure enceinte, du genre Polycotylus latippinus, a confirmé que ces animaux marins donnaient naissance à un seul bébé, vivant, et dans l’eau.

Le Plésiosaure Trinacromerum avait une longueur d’environ trois mètres, le Plésiosaure Elasmosaurus mesurait lui environ 15 mètres, et Mauisaurus jusqu’à vingt mètres. Par comparaison, le reptile marin Mosasaurus mesurait environ 9 mètres de long.

Comme l’animal a été décrit au commencement de la paléontologie et du XIXème siècle, son image s’est communément répandu dans le grand public, à partir de reconstructions souvent alors hasardeuses et pittoresques.

Il a servi de base à un des monstres marins du livre Voyage au centre de la Terre de Jules Vernes.

Il a servi de base à la légende du monstre du Loch Ness, cet animal imaginaire ayant souvent été décrit ou dessiné en copiant les reproductions de Plésiosaure. Contrairement à de nombreuses reconstitutions, il lui était impossible de lever la tête et leur long cou au-dessus de la surface de l’eau.

Fiche sur le reptile marin Plésiosaure (un diapside en fait)

Année et lieu de découverte : Mary Anning a découvert le premier fossile à Lyme Regis au Royaume-Uni.

Paléontologue : le genre Plesiosaurus est créé par Conybeare en 1821, et le 1er genre binomiale est décrit et nommé Plesiosaurus dolichodeirus par Conybeare en 1824.

Poids : de quelques centaines de kg à plusieurs tonnes.

Longueur : suivant les genres, de 3 à 20 mètres.

Alimentation : ammonites, bélemnites, poissons, autres reptiles marins.

Classification : Clade Sauropsida > Sous-classe Diapsida > Infra-classe Lepidosauromorpha > Super-ordre Sauropterygia > Ordre Plesiosauria > Super-famille Plesiosauroidea.

Période géologique : depuis le tout début de la période jurassique et jusqu’à l’extinction de masse de la fin du Crétacé.

 


 

Source : Jurassic-world.com

 


 

Publié dans Animaux préhisoriques

Fiche sur le Tyrannosaure, appelé aussi Tyrannosaurus Rex ou T. Rex.

Année et lieu de découverte : 1902 / 1905, Amérique du Nord

Paléontologue : Barnum Brown / Henry Fairfield Osborn

Poids : 5 à 7 tonnes Echelle de taille, comparant celle d'un homme à celle d'un Tyrannosaure.

Echelle de taille, comparant celle d’un homme à celle d’un Tyrannosaure.

Hauteur : 5 à 6 mètres

Longueur : 12 à 14 mètres

Alimentation : Carnivore

Classification : Saurischiens / Théropodes

Période : Extrême fin du Crétacé

Autres noms : Dynamosaurus

A noter qu’il ne faut pas écrire Tyranosaure, avec un seul n, mais bien avec 2 n, écrire Tyranosaure, n’est pas correct.

Tyrannosaure (Tyrannosaurus Rex – T. rex)

Le dinosaure Tyrannosaurus Rex, plus connu sous le nom de Tyrannosaure ou T rex, est incontestablement à la fois le plus célèbre des dinosaures, mais aussi celui qui a la réputation d’avoir été le plus féroce d’entre eux.

Le Tyrannosaure était probablement le plus grand dinosaure carnivore. Son nom signifie « Roi des reptiles tyrans ». Il a vécu à la fin du crétacé entre 68 et 65 millions d’années avant notre ère, en Amérique du Nord, en Chine et en Mongolie. Le Tyrannosaure était bipède, pourvu de très petits bras et d’une queue suffisamment longue pour lui servir de balancier.

Il pouvait facilement atteindre 12 à 14 mètres de long, 5 à 6 mètres de hauteur pour un poids fleuretant avec les 7 tonnes.

Le Tyrannosaure avait une énorme tête d’environ 1,5 mètre de long qui abritait une mâchoire des plus impressionnantes, capable de s’ouvrir sur plus d’un mètre, avec une soixantaine de dents parfaitement acérées et pouvant atteindre chacune 18 centimètres de long. Il aurait pratiquement pu engloutir en une seule fois un homme adulte !

Les dents du Tyrannosaure se renouvelaient régulièrement tous les 2 à 6 ans. Il possédait en outre une vue stéréoscopique qui lui permettait d’enregistrer le moindre mouvement sur un champ de vision assez large. Le Tyrannosaure pouvait atteindre la vitesse de 25 km/h avec des enjambées d’environ 3,75 mètres !

Le Tyrannosaure appartient à l’ordre des saurischiens et au sous-ordre des théropodes.

L’animal fut décrit et baptisé par Henry Fairfield Osborn en 1905. Mais en fait, les premiers restes significatifs furent découverts en 1902 par Barnum Brown, son apprenti. Cette année-là, il effectue des fouilles dans une crique à Hell Creek dans le Montana et découvre les os d’un grand dinosaure carnivore du Crétacé dont il n’a rien vu de ressemblant jusqu’à présent.

Malheureusement les conditions difficiles du climat et du terrain ne lui permettent de déterrer qu’un os pubien et un fémur. Les os étaient si lourds que Brown fut obligé de construire pour l’occasion un traîneau tiré par des chevaux pour les transporter jusqu’à la route la plus proche. Mais Osborn et Brown n’en restent pas là et en 1905 Brown repart dans le Montana avec plus d’équipements.

Un Tyrannosaurus rex, un dinosaure carnivore parmi les plus redoutable. Après trois mois de fouilles musclées à la dynamite, il déterre des pattes, quelques os de la colonne vertébrale, l’os du bassin, des côtes, un bras et un fragment de crâne. Le squelette n’est pas complet mais suffisant aux yeux d’Osborn pour nommer une nouvelle espèce et il décrit ce gros dinosaure sous le nom de Tyrannosaurus Rex.

Dans le New York Times, Osborn écrivit alors que « Ce nouveau dinosaure a été déclaré le roi des rois dans le domaine de la vie animale. C’est le monstre le plus agile de sa génération, une machine à tuer qui règne sur ses voisins végétivores pourtant deux fois plus grands que lui ».

Des découvertes récentes de squelettes entiers, en 1988 au Montana et en 1990 dans le Dakota du Sud, ont fait considérablement évoluer notre connaissance du Tyrannosaure. A ce jour, plus d’une quinzaine de spécimens fossilisés ont été découverts.

Le Tyrannosaure était suffisamment résistant pour marcher toute une journée à une vitesse de 8 km/h à la recherche de nourriture. Un Tyrannosaure adulte mâle pouvait sans doute contrôler un territoire d’un millier de kilomètres carré.

Le mode de vie du Tyrannosaure est en revanche très mal connu et fait actuellement l’objet de controverses : on ne sait pas s’il chassait seul ou en groupe, ni quelles étaient ses proies préférées, bien qu’on suppose qu’il s’agissait surtout de grands dinosaures végétivores.

Certains paléontologues affirment que, contrairement à l’idée établie que le Tyrannosaure était un redoutable prédateur, celui-ci n’était en fait qu’un charognard opportuniste.

Cette controverse provient d’une anomalie dans sa morphologie : cet animal, haut de plus de 5 mètres pour un poids avoisinant les 7 tonnes ne possédait des bras guère plus grands que ceux d’un homme (moins de 1 mètre de long). La raison à cela est sans doute très simple : à cause de son poids, le Tyrannosaure a trouvé le bon équilibre tout au long de son évolution.

Sa queue faisait office de contre balancier, et petit à petit ses bras se sont raccourcis, faute de quoi, il aurait tout simplement piqué du nez. Les deux bras du Tyrannosaure ne pouvaient pas se toucher entre eux ni même atteindre la mâchoire, il est donc pratiquement impossible qu’il ait pu attraper ou maintenir une proie avec ceux-ci.

Les partisans du comportement charognard ont de plus élaboré une théorie sur la fragilité dentaire du tyrannosaure. En effet les longues dents de celui-ci n’auraient pas pu résister à des attaques de proies vivantes.

Les partisans du comportement prédateur opposent de nombreux arguments. En dépit de leur petite taille, les bras du Tyrannosaure étaient très puissants et d’après certaines études ils pouvaient soulever jusqu’à 250 à 300 kg. On suppose également qu’il pouvait déplacer l’une de ses maxillaires vers l’arrière pour découper ses proies à l’aide de ses dents très acérées.

D’autre part, les dents du Tyrannosaure étaient vraisemblablement plus solides qu’on ne l’avait imaginé car l’usure constatée sur des dents fossilisées indique qu’il mâchait des aliments relativement durs. De plus, certains paléontologues pensent que la présence de surfaces crâniennes inhabituellement grandes derrière les yeux du tyrannosaure, avaient pour fonction de loger des muscles masticateurs extrêmement puissants.

Par ailleurs, la dimension des zones du cerveau associées aux sens de la vue et de l’odorat plaiderait également en faveur d’un comportement prédateur.

Le débat reste donc ouvert, et il n’est pas exclu que le tyrannosaure ait été à la fois prédateur et charognard…

Mise à jour 2011 :

Le Tyrannosaure, l’un des plus grands animaux carnivores terrestres de tous les temps, était encore plus lourd et grossissait deux fois plus vite qu’estimé jusqu’à présent, selon une étude publiée en octobre 2011 dans la revue américaine PLoS One.

En utilisant des scanners laser en trois dimensions et de nouveaux modèles informatiques, les scientifiques à l’origine de cette étude ont reconstitué la masse corporelle de cinq spécimens de Tyrannosaurus rex fossilisés, dont celui du Tyrannosaurus rex « Sue » exposé au musée Field d’histoire naturelle de Chicago (USA). Ce squelette fossilisé de Tyrannosaurus rex est le plus complet et le plus grand connu à ce jour.

Ce T-Rex a été mis au jour dans le Dakota du Sud (USA) en 1990. Selon l’étude, le T-Rex « Sue » pesait au moins neuf tonnes, soit 30% de plus qu’estimé jusqu’alors, et mesurait 3,5 m de haut sur 13 m de long de la tête au bout de la queue.

« Nous savions que ce T-Rex était gros mais un accroissement de 30% de sa masse était inattendu« , souligne Peter Makovicky, conservateur des dinosaures au Musée Field, et un des principaux auteurs de l’étude.

La nouvelle approche utilise des squelettes fossilisés assemblés et montés pour définir, grâce à des modèles informatiques, la masse corporelle de ces dinosaures bipèdes disparus il y a environ 65 millions d’années au Crétacé.

News 2013 :

Une dent fossile d’un dinosaure Tyrannosaure a été découverte plantée dans les vertèbres fossiles d’un autre dinosaure. Il s’agit de la première preuve concrète que le terrible dinosaure carnivore chassait aussi des proies vivantes, selon une étude parue aux Etats-Unis dans la revue scientifique américaine « Proceedings of the National Academy of Sciences » en 2013.

Les paléontologues se demandaient si le Tyrannosaure était un chasseur actif attaquant d’autres dinosaures, ou s’il était simplement un charognard mangeant des carcasses d’animaux morts naturellement. Des découvertes d’os de dinosaures dans des estomacs fossilisés de Tyrannosaurus avaient déjà laissé penser que le carnassier était un prédateur actif, mais sans pouvoir démontrer qu’il n’était charognard qu’accessoirement.

L’étude évoque la toute première découverte d’une dent cassée de Tyrannosaure dans les os d’un autre dinosaure, et plus précisément dans deux vertèbres soudées d’un dinosaure végétivore.

Le paléontologue auteur de l’article Robert De Palma, du Musée d’Histoire naturelle de Palm Beach en Floride (USA) explique que « Ce que l’on peut en conclure sans l’ombre d’un doute est qu’un T Rex a engagé un combat avec un autre dinosaure vivant ». Ces os de dinosaure ont été découverts en 2007 sur un site riche en fossiles de dinosaures situé entre le Montana, le Dakota du Nord et le Dakota du Sud, aux USA. Le morceau de dent en question mesure 3,75 centimètres de long.

Les dents du T Rex atteignaient en moyenne la taille de 10 à 15 cm. Sur le fossile exhumé, les deux vertèbres du dinosaure végétivore attaqué ont cicatrisé après la blessure par dent, ce qui laisse penser aux scientifiques que l’animal s’est échappé après l’agression et a survécu.

Les paléontologues ajoutent que cette découverte ne signifie pas non plus que le Tyrannosaure ne se nourrissait que d’animaux vivants. Il devait probablement manger également des animaux morts comme la plupart des grands prédateurs actuels, quand l’occasion se présentait.

 


 

Source : Jurassic World

 


 

Publié dans Animaux préhisoriques

Copyright © 2017 Blogs-Savoir - Tous droits réservés